La pédagogie multi-âge

Télécharger le témoignage
La pédagogie multi-âge
Témoignage de Patrick Clerc/ Co fondateur de l’école ouverte des Bourseaux
Patrick Clerc
Patrick Clerc
Regrouper des élèves d'âges différents pour faire la classe ? Le principe est connu dans certaines communes rurales qui y voient la possibilité de maintenir leur école malgré leurs petits effectifs. Pour peu qu'il soit maîtrisé et accompagné, ce regroupement "multi-âge" est un formidable accélérateur d'apprentissage.
Vous avez mis en place des groupes multi-âge à l’école des Bourseaux Saint-Ouen l’Aumône alors qu’il ne s’agit pas d’une école rurale. Pouvez-vous nous dire pourquoi ? Et en quoi cela consiste ?

Il faut d’abord expliquer quelle est la spécificité d’un groupe multi-âge et le « pourquoi ? » comme le « comment ? » en découlent.

Un groupe multi-âge au premier abord c’est le regroupement d’élèves d’âges différents. Mais c’est bien plus que cela car ce regroupement est choisi, réfléchi et a de multiple fonctions.
Le groupe multi-âge est tout à la fois : un groupe institutionnel, un groupe d’apprentissage, un groupe de vie, un groupe affectif. C’est aussi un groupe inégal.





Regrouper des élèves d’âge différents cela suppose donc de la part de l’enseignant de prendre en compte tous ces paramètres.
Oui bien sur car ce regroupement nécessite la construction d’une capacité de différenciation importante. Accepter les différences se révèle dans l’aide, mais aussi dans le besoin de connaître les autres.
Quel est selon vous le rôle de cette diversité ?
La diversité dans le groupe permet, comme à la maison, de se sentir admis, de se connaître soi-même et de jauger son savoir en toute sécurité.
Cette diversité a aussi un aspect dynamique qui force chaque enfant à se situer et accéder à une autonomie, à une connaissance de soi réfléchie.

On peut aller encore plus loin dans la définition du groupe multi-âge. C’est un groupe qui a du pouvoir : celui du savoir, de la loi, de la force. C’est parce qu’il est riche de puissance, qu’il pousse l’enfant à valoriser le sens de la prise de parole.


Dans un tel groupe quelle est la place des apprentissages ?
Le groupe multi-âge est aussi un groupe institutionnellement mis en place pour accéder au savoir. L’aide y joue un rôle important ; elle est stimulante car elle s’accouple avec la quête du savoir. Le temps y est modelé au rythme de l’enfant : il peut ainsi gérer son rapport au savoir sereinement, avec une hâte mesurée et avec l’espoir. Chacun se sent fort parce qu’aidé et non jugé.
Comment dans un tel groupe les élèves se perçoivent-ils les uns par rapport aux autres ?
Dans le groupe multi-âge, on peut « vivre ensemble » malgré les différences d’âges et de savoir. Chacun se situe par rapport à l’autre et grâce à l’autre. Chacun apprend les lois du groupe à son rythme ; chacun accède au savoir avec la vigueur que lui procure le désir de devenir grand.
Le groupe de vie se rapproche du milieu familial par la chaleur affective qu’il engendre et les lois grand-petit qu’il instaure.

Dans le groupe multi-âge, le rythme de chacun est balisé par des repères qui donnent un autre sens au temps. Le temps est ce qui donne la force à l’enfant de lutter dans son accession au savoir ; c’est une ligne de vie matérialisée par des âges différents, qui permet à chacun de se situer, de s’évaluer par rapport à des attendus qui sont décryptables chez les plus grands.

Le groupe multi-âge sécurise, il permet à chacun de vivre son parcours cognitif avec des appuis affectifs : ceux de l’amour de soi, de l’autre, de la loi et de l’adulte.




Vous avez tout à l’heure parlé d’inégalité. Pouvez-vous revenir sur cette notion ?
En effet le groupe multi-âge peut être vécu de façon inégale : pour les grands, le groupe est plus sécurisant, tandis qu’il reste menaçant pour les petits. Cette inégalité est une source dynamique. Elle permet d’accepter les différences et les assumer, elle met des repères dans le temps et a une action positive dans la quête de l’enfant pour devenir grand.

Le groupe multi-âge est garant du réel, de la logique de génération. On vit ensemble, on s’initie à la prise de parole, on respecte l’autre et les différences, autant de jalons qui font accepter « d’attendre son tour » et qui permettent de comprendre ses craintes et malaises. L’enfant peut alors se risquer peu à peu et programmer son savoir et ses actes sur 3 ans. Il peut « explorer » les modes de communication différents : le jeu, l’ami, le savoir, l’amour du groupe. Et si l’amour est au bout du chemin, le savoir couronne ce parcours, alors l’élève se sent fort.

Quel est selon vous l’intérêt d’une telle pédagogie ?
Le moteur fondamental du groupe vie multi-âge c’est la pulsion de savoir

Grandir, c’est accéder au savoir, donc, le multi-âge est un groupe d’apprentissage résultant d’un processus particulier que l’enfant construit dans le temps et l’espace et qu’il vit par une démarche affective dépendante de ses étapes d’accession au savoir ; l’affectif et le cognitif se mêlent.
La dynamique du groupe oblige à atteindre un niveau reconnu comme fin de cycle, c’est ce que je nomme la dynamique promotionnelle.

En conclusion je dirai que cette pulsion de savoir transformée dans le groupe multi-âge en désir de grandir, pourrait interpeller le plus grand dans le groupe. Le plus grand étant l’enseignant. Il est à noter, que l’adulte-enseignant est absent dans le discours des enfants, ceci essentiellement parce que le groupe est fort. Mais nous l’avons perçu, l’adulte fait partie du groupe multi-âge et c’est bien lui qui installe et cultive la force du groupe.




Quels sont les conseils que vous donneriez à un enseignant désireux de se lancer dans cette aventure pédagogique ?
Je dirai d’abord que la mise en place du multi-âge débouche sur une réflexion quant à la formation d’un des enseignants.

L’enjeu est de taille, car s’il n’assume pas les trois composantes du groupe multi-âge (à savoir : 1- les âges différents et la ligne de vie matérialisée ; 2- la permanence du groupe, son histoire, ses rituels… ; 3- le groupe institutionnel, la connaissance de soi réfléchie, le pouvoir et l’autonomie…), ce dernier perd tout son sens.

Donner une telle réponse sur le fonctionnement du groupe multi-âge nécessite que tout enseignant soit capable de la comprendre. Recevoir cette analyse oblige à une distanciation suffisante, accompagnée d’une sensibilité clinique.

Il est nécessaire que cet enseignant soit conscient qu’il est porteur d’un idéal qui fonde le groupe ; il faut qu’il accepte de se vivre comme sujet appartenant au groupe et hors du groupe.

Comprendre le groupe multi-âge et son fonctionnement serait aussi, pour beaucoup d’enseignants, travailler à se construire un autre rapport au temps, un autre rapport à l’échec.

Ce serait, alors, concevoir son métier comme dépendant de toute l’historicité du sujet : un véritable engagement.









Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <i><em> <strong> <cite> <code> <br />

Plus d'informations sur les options de formatage