Collèges ouverts en Seine-Saint-Denis

Télécharger le témoignage
Collèges ouverts en Seine-Saint-Denis
Un projet pédagogique lié à l’urbanisme
Témoignage de Brigitte Vigroux, directrice de l’association Ecophylle.
Brigitte Vigroux
Brigitte Vigroux

Le projet « Collèges ouverts en Seine-Saint-Denis » est mis en œuvre par l’association Ecophylle, en partenariat avec le Conseil Général de Seine-Saint-Denis, Eiffage et l’Académie de Créteil. Ce projet pédagogique a pour but d’ouvrir vers l’extérieur certains espaces des établissements scolaires afin d’engager une démarche éducative globale au Développement Durable, en impliquant tous les usagers.

Projet mené depuis 2012.

Dans quelle démarche s’inscrit ce projet ?

Le Département de Seine-Saint-Denis s’appuie sur le concept innovant des « collèges ouverts » pour engager une démarche éducative globale au Développement Durable impliquant tous les usagers des espaces réalisés.

Dans le cadre de son Plan Exceptionnel d’Investissement, le Département s’est engagé dans 21 opérations de construction/réhabilitation dont 12 en partenariat public-privé. Il a souhaité contribuer au développement durable par l’intégration d’un axe pédagogique dans les contrats de partenariat public-privé.

A ce titre, et de la même façon qu’il a été établi un Programme Fonctionnel, un Programme Environnemental et un Programme de Maintenance, le Département a mis sur pied un Programme Pédagogique dès la phase de conception des collèges et pour leurs premières années d’utilisation.

Concrètement, qu’est-ce qu’un collège ouvert ?
C’est un établissement dans lequel certains espaces sont ouverts sur l’extérieur comme par exemple la salle polyvalente, les espaces sportifs, la zone de compostage… de manière à partager ces espaces avec les riverains, les associations de quartiers, les parents d’élèves…
Quel est le rôle de votre association et les objectifs de ce projet ?
Ecophylle est le coordinateur pédagogique du projet qui vise à utiliser le collège comme support pédagogique. Notre association intervient dans 8 des 12 collèges en partenariat public-privé tout au long de la phase de construction des nouveaux bâtiments, jusqu’en 2014 puis pendant les années suivantes, dites de maintenance.

La coordinatrice du projet travaille, bien sûr, en lien étroit avec le Département de la Seine Saint Denis, l’entreprise Eiffage et les autres partenaires locaux sur les différentes missions du projet.

Nous construisons nos interventions dans une démarche coopérative avec les équipes de direction et les enseignants pour faire le lien avec les apprentissages des programmes scolaires.
Nous créons ainsi avec les adultes et les élèves des établissements une synergie de projets d’éducation au développement durable autour de la construction et de la maintenance HQE (Haute Qualité Environnementale), la découverte des métiers et l’usage d’espaces pédagogiques partagés.

Quels sont les apprentissages liés à ce projet ? Comment s’organisent les séances ?
Les apprentissages qui émanent de ce projet sont multiples. L’année dernière, première année du projet, 36 séances ont été réalisées. Elles ont permis de sensibiliser plus de 1 030 élèves aux thématiques diverses de développement durable (bilan carbone, impacts environnementaux, éco-matériaux, démarche HQE, gestion des déchets, de l’eau…).

Collèges ouverts en Seine-Saint-Denis

11 visites chantiers ont permis de rendre compte aux collégiens de l’état d’avancement de leur collège et des différents corps de métier travaillant à la construction des nouveaux bâtiments.

Collèges ouverts en Seine-Saint-Denis

5 forums métiers ont également été co-organisés avec les établissements de manière à faire découvrir aux collégiens les différentes professions en lien avec la construction et la maintenance (archéologue, ingénieur paysagiste, conducteur de travaux, chef de chantier, chargé de maintenance, grutier, peintre, plombier, juriste, chargé de communication ...).

Collèges ouverts en Seine-Saint-Denis

Les séances ont été réparties différemment selon les collèges. Dans certains collèges, les professeurs et l’équipe de direction ont choisi de faire bénéficier les séances à une seule classe pour privilégier une sensibilisation approfondie sur l’année. D’autres collèges ont opté pour une information plus large à destination de plusieurs classes de différents niveaux.

Toutes les séances et visites de terrain se sont intégrées dans le programme d’apprentissage de chaque niveau de classe. Ils complètent et renforcent ainsi ces programmes d’éducation au développement durable.

Comment avez-vous présenté le projet aux jeunes et aux acteurs de la communauté scolaire ? Comment ont-ils réagi ? Se sont-ils investis ?
Les collégiens ont réellement apprécié les séances. On peut le constater via les réponses des enquêtes de satisfaction mais également au niveau de leur participation lors des séances. Les élèves participants ont affirmé leur volonté de poursuivre l’année scolaire suivante et ont demandé des séances et visites chantier supplémentaires.

Concernant les communautés scolaires, celles-ci ont été informées et conviées à s’impliquer dès le démarrage du projet.


L’objectif de l’année à venir (2013/2014) est d’accompagner et d’impliquer significativement ces acteurs en les formant sur les pratiques de concertation et le montage de comités de pilotage et d’usagers.

Les porteurs du projet et autres acteurs institutionnels (le Conseil Général de Seine-Saint-Denis, Eiffage, l’Académie de Créteil) et Ecophylle ont permis la réussite de ce vaste projet à travers la concertation, les échanges de savoirs et d’expériences.

Considérez-vous que vos objectifs ont été atteints ? Quelles sont les perspectives de l’année à venir ?

Il est encore tôt, aujourd’hui, après seulement une année de pratique, pour considérer que les objectifs globaux du projet ont été atteints. Néanmoins le bilan de cette première année est extrêmement positif et l’ensemble des participants (principaux, principaux adjoints, professeurs, élèves…) souhaitent continuer à bénéficier de l’accompagnement d’Ecophylle.

De nombreuses perspectives ont émergé au cours de l’année et lors des réunions de bilan :
- La grande majorité des collèges souhaitent entrer dans une démarche de labellisation E3D.
- Certains enseignants ont proposé de travailler en interdisciplinarité en mêlant la technologie, les SVT, la physique-chimie voire l’histoire géographie, le français ou les arts plastiques pour permettre une approche globale des problématiques de développement durable.
- Dans d’autres établissements une classe « option développement durable » ou « classe projet » verra le jour.
- L’équipe pédagogique d’un des 8 collèges mise sur le volontariat et proposera à un groupe d’élèves volontaires des séances thématiques et visites chantier.
- Certains des collèges souhaitent bénéficier d’un accompagnement et d’une formation à destination des équipes techniques.

Ecophylle proposera également cette année un accompagnement spécifique à destination des équipes techniques et éducatives ainsi que des formations d’éco-délégués aux élèves volontaires.

Quels sont les points-clés qui ont contribué à la réussite de ce projet ?
Le point essentiel à la réussite de ce type de projet est l’appropriation de la démarche par l’ensemble des communautés éducatives. Sans l’appui de la direction et des professeurs le projet perdure rarement. Dans chaque collège, des professeurs ou membres de la direction se sont portés référents d’une classe sur l’année. Ils ont ainsi permis des échanges réguliers et un ancrage de la démarche. Tous ont décidé de réitérer l’expérience et de s’investir durablement.
La reconnaissance de l’Académie de Créteil par le label E3D participe également à la réussite du projet.
Quel(le)s ont été les difficultés/les freins rencontré(e)s ?
Nous n’avons pas fait face à de véritables difficultés ou freins qui auraient pu entraver la bonne conduite du projet. Cependant, on peut parler de réticences concernant le concept innovant de collège ouvert.

Des freins réglementaires sont encore à lever puisque la responsabilité des principaux des collèges est engagée. Pour les équipes de direction, ce nouveau mode de fonctionnement qui devrait se mettre en place progressivement à la rentrée 2014 est encore à imaginer.

A nous d’accompagner les équipes dans la réussite de cette nouvelle organisation, d’exposer les avantages, de partager les expériences d’autres établissements ouverts sur l’extérieur de manière à lever les doutes sur ces nouveaux modes de fonctionnement.

Pour en savoir plus

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <i><em> <strong> <cite> <code> <br />

Plus d'informations sur les options de formatage