Unicef

Le bâton serait-il la seule manière de venir à bout de mineurs récalcitrants ?

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 23/05/2011 ;

C’est ce que semblent penser les sénateurs qui ont accepté le projet de loi relatif à « la participation des citoyens à la justice pénale et le jugement des mineurs ».

Ce projet de loi, qui remet profondément en cause la philosophie de notre justice des mineurs et sa spécialisation, est examiné en procédure d’urgence alors qu’un projet de Code de la justice pénale des mineurs est en préparation depuis 2008.

Les professionnels de la justice, les éducateurs, les associations de protection de l’enfant et l’Unicef s’élèvent contre la création d’un tribunal correctionnel pour les 16-18 ans en désaccord avec les accords internationaux de majorité pénale à 18 ans.

Combien de « petit Chose » dans nos classes qui passent inaperçus ?

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 12/04/2011 ;

« Hé ! vous, là-bas, le petit Chose !» Je lui avais
dit pourtant plus de vingt fois que je m'appelais
Daniel Ey-sset-te… À la fin, mes camarades
me surnommèrent « le petit Chose », et le
surnom me resta… »

Alphonse Daudet. Le Petit Chose.

« Les enfants laissés pour compte »

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 10/01/2011 ;

C’est le titre du rapport d’étude publié il y a peu par le centre de recherche de l’Unicef concernant les inégalités de bien-être des enfants des pays riches. Il se concentre sur les enfants qui dans les pays de l’OCDE risquent de n’être « ni intégrés, ni protégés, dans les sociétés prospères où ils sont nés ». Il pose des questions qui ne peuvent nous laisser indifférents.

« Que ce soit sur le plan de la santé, de l’éducation ou du bien-être matériel, il est inévitable que la situation de certains enfants soit moins bonne que la moyenne. La question centrale est bien : jusqu’où cet écart est-il tolérable ? Existe-t-il un point à partir duquel il est, non pas inévitable, mais susceptible d’être réduit, non pas inéluctable, mais inacceptable ? A partir de quand doit-on parler non de simple disparité mais de véritable inégalité ? » (Unicef)

C’est de moi qu’ils parlent là?

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 16/12/2010 ;

L’Unicef France, à l’occasion de l’année de la jeunesse, a souhaité donner la parole aux adolescents et a demandé à la SOFRES de réaliser une étude auprès d’un échantillon représentatif de 500 adolescents de 13 à 18 ans. L’objectif était de savoir quelle est leur perception de la situation des droits de l’enfant en France et de leur place dans la société française.

Il ressort de l’enquête réalisée en octobre que les jeunes interrogés sont plutôt satisfaits de leur sort et de leurs relations avec les adultes proches d’eux : parents et professeurs.

Ils pensent que le droit qui doit être prioritairement défendu est le droit à l’éducation. Pour cela ils font confiance aux grandes institutions  internationales, aux associations, aux acteurs de proximité plutôt qu’aux hommes politiques. Ce manque de confiance s’appuie sur un discours public globalisant et trop souvent peu flatteur à leur égard dans lequel ils ne se reconnaissent pas.

La Journée du refus de l’échec scolaire… 1 mois après !

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 2/11/2010 ;

Bien vivre à l'école ! Vous avez été près de 1000 personnes à télécharger le dossier pédagogique « Bien vivre à l’école » proposé par Citoyen de demain et l’Unicef à l’occasion de la 3ème Journée du refus de l’échec scolaire.

Nous vous remercions pour cette participation et nous espérons que ce dossier a répondu à vos attentes !

Vous faites partie de ceux qui se sont impliqués et ont téléchargé le dossier ? Faites-nous part de votre expérience en répondant à notre questionnaire ! (Pas plus de 2 minutes !)

 

> Questionnaire de satisfaction du dossier pédagogique <

La souffrance à l’école

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 31/08/2010 ;

Journée du refus de l'échec scolaire

Pour sa 3e édition, le 22 septembre 2010, la Journée du refus de l’échec scolaire (JRES), organisée par l’AFEV et parrainée par l’Unicef, s’intéressera plus particulièrement aux souffrances à l’école.

« Plus d’un tiers des élèves déclarent avoir « parfois mal au ventre avant d’aller à l’école ou au collège ». Pour 35% d’entre eux, ces maux de ventre sont dus principalement à la peur, au stress ou encore à l’absence d’envie d’aller à l’école. » (Baromètre 2008 Afev)

Vous vous sentez concernés par ces questions ? Vous voulez agir pour lutter contre l’échec scolaire et la souffrance à l’école ?

Pour cela Citoyen de demain et l’Unicef vous proposent un dossier pédagogique sur le thème du « Bien vivre à l’école ». Ce dernier est composé de 3 séquences pédagogiques, pour ouvrir le débat et mener des ateliers en classe durant toute l’année.

Partenaire de cette journée du 22 septembre, Citoyen de demain se mobilisera toute l’année contre la souffrance à l’école pour promouvoir toutes les initiatives allant dans ce sens. Participez le 22 septembre et toute l’année scolaire et n’hésitez pas à nous faire part de vos expériences.

Pour recevoir le dossier pédagogique cliquez ici

Retour à l’école pour les écoliers d’Haïti?

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 10/06/2010 ;

Avant le séisme, déjà un enfant sur deux n’était pas scolarisé à Haïti… Le 12 janvier 2010 plus de 4 000 écoles ont été détruites…

Parce que la scolarisation fait partie des droits de l’enfant et parce que la rentrée scolaire approche, de nombreuses associations participent au plan de reconstruction d’Haïti, pour permettre aux enfants de retourner à l’école.

Zoom sur deux associations : Aide et Action et l’UNICEF.

Les droits de l’enfant à l’ordre du jour du Parlement des enfants

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 7/06/2010 ;

Forum  des enseignants innovants et de l'innovation éducative

Le 5 juin 2010 s’est déroulée la 16e édition du "Parlement des enfants". Organisée chaque année par l’Assemblée nationale en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale depuis 1994, cette manifestation offre aux élèves de CM2 une leçon d’éducation civique "grandeur nature". 

Il s’agit de découvrir la fonction de législateur, de la rédaction d’un projet de loi à sa discussion, et de l’exercer le temps d’un Parlement des enfants. Cette année les thèmes retenus étaient les « droits de l’enfant » et « la sécurité et la santé, risques et prévention ».


Pendant que les enfants réfléchissaient à l’Assemblée nationale sur une proposition de loi visant à mieux faire connaître et protéger leurs droits, le Sénat examinait le projet de loi sur le Défenseur des droits qui devait absorber le Défenseur des enfants et La Halde notamment, au profit d’un Défenseur des Droits beaucoup plus général et proche de l’actuel Médiateur de la République. Après avoir sorti le Défenseur des enfants des attributions du nouveau Défenseur des Droits par un vote incontestable, les Sénateurs l’y ont réintégré le lendemain par un nouveau vote à la demande du gouvernement.

L’éducation, une condition du développement durable. Semaine de développement durable 1/2

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 29/03/2010 ;


Education et développement durable sont étroitement liés. L’éducation au développement durable est une condition nécessaire à la mise en place d’une exploitation responsable des ressources naturelles. Celle-ci permettra de garantir à tous les hommes un accès équitable aux ressources et donc à l’éducation, facteur essentiel pour un développement humain durable.

« C'est quand le puits est sec que l'eau devient richesse ». Gaspillée par les uns, tandis qu’elle manque cruellement aux autres, l’eau peut être un bon point de départ pour aborder cette problématique en classe.

 


(c) Aide et Action, « Education à l’environnement »

 

 


L’éducation à une gestion responsable de l’eau est essentielle pour tous. Les enfants des pays développés qui ont un large accès à l’eau, doivent apprendre à la respecter en tant que ressource naturelle.

Aller chercher de l’eau est dans certaines régions du globe une activité qui occupe une grande partie de la journée des enfants. Et si pendant ces heures-là ils allaient à l’école ? Leur permettre un accès plus facile à l’eau est une priorité : la santé et l’éducation des enfants en dépend. Quand un enfant est malade ou lorsqu’il doit faire deux à trois kilomètres pour aller chercher de l’eau, aller à l’école devient secondaire.

Pour aborder ce sujet en classe, l’UNICEF met à disposition des enseignants du cycle 3 un dossier « Eau rare, eau précieuse » contenant des fiches pédagogiques (pour les enseignants et les élèves) ainsi que des documents et des extraits vidéo.

Télécharger le dossier pédagogique complet sur le site de l’UNICEF

8 mars 2010 : 100 ans de féminisme et puis et puis ….

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 8/03/2010 ;

Pour son centième anniversaire la Journée internationale de la femme sera célébrée le 8 mars dans le monde entier sous le thème « Droits égaux - Opportunités égales : Progrès pour tous ».
 


Toutes les filles à l'école !
envoyé par unicef. - Découvrez plus de vidéos de la vie étudiante.


Le 8 Mars 1910 à Copenhague des femmes socialistes proposent de créer une journée pour servir la cause des femmes.

De manière générale, des progrès ont été enregistrés dans un certain nombre de domaines, principalement en matière d'éducation. Des législations et des politiques visent à remédier aux inégalités et discriminations à l'encontre des femmes. Malgré cela les progrès d'ensemble laissent encore à désirer. Peu de progrès sont à noter sur le front de la réduction du taux de mortalité maternelle. La violence à l'encontre des femmes et des petites filles est une véritable pandémie mondiale. D’après l’ONU 70% des femmes connaissent des violences au cours de leur vie. L'accès aux marchés du travail et à une profession décente reste limité pour les femmes, quant à leur participation pleine et entière à des instances de décisions importantes, de sérieux défis restent à surmonter.

En France, ce n’est que depuis 1982 que cette journée est officiellement célébrée. En France, une récente étude de l’INSEE montre que bien que plus diplômées que les hommes, les femmes ont des salaires moins élevés dès l’embauche et garderont ce handicap toute leur vie quel que soit le niveau de qualification. En France comme ailleurs, ce sont encore les femmes qui assurent l’essentiel des tâches domestiques et d’éducation des enfants. En France, la violence conjugale tue une femme tous les trois jours.

Cependant : « L'égalité pour les femmes et les filles est également un impératif économique et social. Tant qu'elles n'auront pas été libérées de la pauvreté et de l'injustice, la réalisation de tous nos objectifs – la paix, la sécurité, le développement durable – sera aléatoire. » (M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU)


La femme reste l’avenir de l’homme…. Le poète a toujours raison…

Syndiquer le contenu