santé

2011 sera l’année européenne du bénévolat et du volontariat

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 4/03/2011 ;

Année européenne 2011 du volontariatProclamée par le Conseil des ministres et le Parlement européen, « l’Année européenne des activités de volontariat pour la promotion de la citoyenneté active » mettra à l’honneur, tout au long de l’année les millions de bénévoles et de volontaires qui chaque jour donnent de leur temps, mettent leur énergie, leurs compétences au service de la fraternité, de la solidarité et de la vie dans la cité.

Si les jeunes français sont pessimistes sur leur avenir et leur possibilité de changer le monde ils n’en resteraient pas moins 66% à vouloir s’engager dans une association mais seulement 29% à le faire. Ils sont plus sensibles à la cause de l’environnement qu’à celle de la solidarité et très réfractaires à tout ce qui touche à la politique avec ou sans majuscule. La Secrétaire d’Etat à la jeunesse qui a lancé cette année européenne, avait annoncé, dès le 27 janvier, dans son discours de clôture du colloque de l’Agence pour la valorisation de l’engagement, de nouvelles mesures pour valoriser et reconnaître l’engagement des jeunes.

Quand l’avenir de la Planète est aussi dans notre assiette ou quand manger devient un geste citoyen…

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 21/02/2011 ;

Quand l’avenir de la Planète est aussi dans notre assiette ou quand manger devient un geste citoyen…

A l’occasion de l’ouverture du salon de l’agriculture France Nature Environnement a lancé une campagne de communication choc pour rouvrir le débat sur l’agriculture intensive et les polluants : OGM, pesticides, algues vertes…

D’autres ont choisi ce moment pour nous rappeler que l’avenir de la Planète était aussi dans notre assiette avec quelques chiffres sur notre consommation alimentaire.

Aujourd’hui, la production agricole permet de disposer pour chaque terrien de 3000 Kcal/jour ce qui est théoriquement suffisant. La difficulté vient du fait que l’Occidental moyen, vous, moi, nous, en consomme 4000 dont 1200 de produits animaux. L’Africain moyen lui, n’en consomme que 2500 dont seulement 135 d’origine animale.

« Les enfants laissés pour compte »

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 10/01/2011 ;

C’est le titre du rapport d’étude publié il y a peu par le centre de recherche de l’Unicef concernant les inégalités de bien-être des enfants des pays riches. Il se concentre sur les enfants qui dans les pays de l’OCDE risquent de n’être « ni intégrés, ni protégés, dans les sociétés prospères où ils sont nés ». Il pose des questions qui ne peuvent nous laisser indifférents.

« Que ce soit sur le plan de la santé, de l’éducation ou du bien-être matériel, il est inévitable que la situation de certains enfants soit moins bonne que la moyenne. La question centrale est bien : jusqu’où cet écart est-il tolérable ? Existe-t-il un point à partir duquel il est, non pas inévitable, mais susceptible d’être réduit, non pas inéluctable, mais inacceptable ? A partir de quand doit-on parler non de simple disparité mais de véritable inégalité ? » (Unicef)

La précarité porte atteinte aux droits de l’enfant

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 29/12/2010 ;

Aujourd’hui, 2 millions d’enfants vivent en France sous le seuil de pauvreté.

La précarité affecte la vie de l’enfant dans de nombreux domaines et porte atteinte à ses droits. Les enfants touchés par la précarité cumulent les inégalités face au logement, à la prise en charge de leur santé, à leur parcours scolaire et au maintien des liens avec leur famille.

Malgré les nombreuses lois protectrices des personnes les plus vulnérables qui ont été votées ces dernières années (notamment la loi de 1998 contre l’exclusion, la loi de 2005 pour la cohésion sociale ou encore la loi de 2007 sur le droit au logement opposable) et les budgets conséquents consacrés à la protection sociale et aux politiques familiales, la protection des enfants des familles vulnérables est loin d’être garantie.

Aujourd’hui diriez-vous que notre société est juste ?

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 12/07/2010 ;

C’est la première question que l’IFOP a posée aux citoyens de 12 pays dans le monde aussi différents que les Etats-Unis et la Chine, la France ou le Brésil, à la demande de quatre associations progressistes de nationalité différente dont la Fondation Jean Jaurès.

Pour les Italiens, les Allemands, les Chinois, les Français, les Espagnols et les Brésiliens la réponse est non à plus de 70%. La majorité des personnes interrogées perçoivent une augmentation des inégalités dans leur pays dans les dix dernières années mais c’est le cas de 80% des Français contre seulement 42% des Américains. Les inégalités de salaires sont les premières perçues, viennent ensuite des différences de perception selon le pays, accès aux soins, accès au logement, traitement différent entre les nationaux et les immigrés, patrimoine, éducation… Mais les citoyens de neuf pays sur douze pensent que ce n’est pas inéluctable et que l’on peut lutter contre.

Résultats de l’enquête sur la perception des inégalités dans le monde, par l’IFOP sur le site de la Fondation Jean Jaurès

« Un BUT : l’éducation pour tous » c’est le thème de la semaine mondiale pour l’éducation 2010

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 22/04/2010 ;

Cette année, Coupe du Monde de football oblige, la FIFA s’associe à la campagne mondiale pour l’éducation.

Du 19 au 25 avril la semaine mondiale d’action pour l’éducation met l’accent sur la visibilité des questions relatives au financement de l’éducation pour tous et rappelle aux gouvernements et aux donateurs d’honorer les promesses faites au G8 de Gleneagles.

En effet, bien que l’aide à l’éducation ait augmenté au cours de ces dernières années, il subsiste un déficit de financement de 16 milliards de dollars US par an.

Sans éducation pas de rupture du cycle de la pauvreté, pas de développement de la santé, d’accès à la démocratie, pas de développement durable, pas d’égalité homme femme.

L’UNESCO propose pour thème de « la plus longue leçon du monde » : « le financement d’une éducation publique de qualité : un droit pour tous ».


Changeons nos comportements ! Passons au durable, ça marche ! Semaine de développement durable 2/2

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 30/03/2010 ;

Le ministère du Développement durable invite les entreprises, les associations, les services publics, les collectivités et les établissements scolaires à promouvoir, du 1er au 7 avril, les principes du développement durable. On entend par développement durable, « Un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. » Il répond à deux objectifs : un partage équitable des ressources et des richesses entre tous les Hommes et une exploitation des ressources naturelles raisonnée qui garantit leur pérennité.

En 1992, le Sommet de la Terre de Rio réserve un rôle prépondérant aux autorités locales pour aborder avec efficacité les défis du 21e siècle : changements climatiques, perte de la biodiversité, atteintes à l’environnement et à la santé, déficit de représentativité des femmes, écarts de revenus entre les pays et au sein des territoires… La déclaration de Rio incite les élus des collectivités territoriales, les régions, les départements et les municipalités, à élaborer des « Agenda 21 locaux », en y impliquant fortement les habitants, l’ensemble des acteurs locaux et les entreprises dans une démarche participative.

En 2010, le mot d’ordre de la semaine de sensibilisation est « Passez au durable, ça marche » … et c’est facile ! Il s’agit d’inciter chacun à penser le développement durable dans toutes les situations de sa vie quotidienne : la consommation d’eau sous la douche, le robinet du jardin qui fuit, le papier gaspillé, les lampes qui restent allumées alors que personne n’est dans la pièce, le tri sélectif et mille autres petites choses. Autant de petits gestes pour prendre de bonnes habitudes et modifier nos comportements !

Le site du ministère avec toutes les manifestations région par région

Pour les petits : La péniche antipode

Pour tout savoir sur l’agenda 21, ce qui se fait en France, en Europe et dans le monde

L’éducation, une condition du développement durable. Semaine de développement durable 1/2

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 29/03/2010 ;


Education et développement durable sont étroitement liés. L’éducation au développement durable est une condition nécessaire à la mise en place d’une exploitation responsable des ressources naturelles. Celle-ci permettra de garantir à tous les hommes un accès équitable aux ressources et donc à l’éducation, facteur essentiel pour un développement humain durable.

« C'est quand le puits est sec que l'eau devient richesse ». Gaspillée par les uns, tandis qu’elle manque cruellement aux autres, l’eau peut être un bon point de départ pour aborder cette problématique en classe.

 


(c) Aide et Action, « Education à l’environnement »

 

 


L’éducation à une gestion responsable de l’eau est essentielle pour tous. Les enfants des pays développés qui ont un large accès à l’eau, doivent apprendre à la respecter en tant que ressource naturelle.

Aller chercher de l’eau est dans certaines régions du globe une activité qui occupe une grande partie de la journée des enfants. Et si pendant ces heures-là ils allaient à l’école ? Leur permettre un accès plus facile à l’eau est une priorité : la santé et l’éducation des enfants en dépend. Quand un enfant est malade ou lorsqu’il doit faire deux à trois kilomètres pour aller chercher de l’eau, aller à l’école devient secondaire.

Pour aborder ce sujet en classe, l’UNICEF met à disposition des enseignants du cycle 3 un dossier « Eau rare, eau précieuse » contenant des fiches pédagogiques (pour les enseignants et les élèves) ainsi que des documents et des extraits vidéo.

Télécharger le dossier pédagogique complet sur le site de l’UNICEF

Syndiquer le contenu