pauvreté

Conférence d’actualité « Précarité et réalités des parcours scolaires » 1/5 – Ouverture de la table ronde par Dominique Versini et Allan Tran Sam

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 15/11/2010 ;

Conférence d'actualité de la Défenseure des enfants : Précarité et protection des droits de l'enfant La Défenseure des enfants, Dominique Versini, a tenu le débat ouvert pendant deux journées (jeudi 30 septembre et vendredi 1er octobre) autour des questions de la précarité et de la protection des droits de l’enfant. Cette conférence donnera lieu à une série de recommandations qui sera remise aux pouvoirs publics le 20 novembre prochain, Journée internationale des droits de l’enfant.

« La pauvreté a des conséquences au long cours sur la construction des enfants et peut avoir un impact négatif sur leurs capacités à se construire un capital culturel et social indispensable pour évoluer dans la société. » Discours de Dominique Versini.

Citoyen de demain s’est rendu à la conférence du vendredi matin sur les questions de la précarité en lien avec les parcours scolaires.

« Un BUT : l’éducation pour tous » c’est le thème de la semaine mondiale pour l’éducation 2010

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 22/04/2010 ;

Cette année, Coupe du Monde de football oblige, la FIFA s’associe à la campagne mondiale pour l’éducation.

Du 19 au 25 avril la semaine mondiale d’action pour l’éducation met l’accent sur la visibilité des questions relatives au financement de l’éducation pour tous et rappelle aux gouvernements et aux donateurs d’honorer les promesses faites au G8 de Gleneagles.

En effet, bien que l’aide à l’éducation ait augmenté au cours de ces dernières années, il subsiste un déficit de financement de 16 milliards de dollars US par an.

Sans éducation pas de rupture du cycle de la pauvreté, pas de développement de la santé, d’accès à la démocratie, pas de développement durable, pas d’égalité homme femme.

L’UNESCO propose pour thème de « la plus longue leçon du monde » : « le financement d’une éducation publique de qualité : un droit pour tous ».


Les rapports se suivent et convergent : trop d’enfants en France sont victimes de la pauvreté et de l’inefficacité des politiques publiques...

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 19/04/2010 ;

La Fondation Abbé Pierre a publié son rapport annuel sur le mal logement en France et s’attache à en montrer les conséquences pour les enfants.

A l’occasion du 20ème anniversaire de la Convention des droits de l’enfant la Fondation procède à un inventaire des situations de mal-logement : le « non-logement », les situations d’hébergement chez des tiers ou à l’hôtel, la vie dans des structures d’hébergement collectives et les mauvaises conditions d’habitat (logement dégradé ou sans confort, surpeuplement). Elle montre les conséquences de chaque catégorie de mal-logement sur le développement et l’avenir des enfants qui y sont soumis. Avec ce rapport, on mesure à quel point le logement est devenu la pierre angulaire de la pauvreté et se trouve à l’origine de bon nombre d’entraves au développement et à l’autonomie future de l’enfant.


Le rapport 2009 de l’Observatoire National des Zones Urbaines sensibles établit que, dans ces zones, près d’un mineur sur deux connaît la pauvreté.

33,1% des habitants des ZUS (Zones Urbaines sensibles) vivent en dessous du seuil de pauvreté, soit avec moins de 908 euros par mois, contre 12% pour le reste du territoire. Ce chiffre atteint 44,3% pour les moins de 18 ans. C’est d’ailleurs dans ces quartiers que la proportion de jeunes au chômage ou en inactivité est la plus élevée : deux fois plus importante qu’ailleurs. Dans les quartiers sensibles, un jeune sur quatre est au chômage ou en inactivité, alors que c’est le cas d’un jeune sur huit dans les autres quartiers des mêmes agglomérations. Un jeune habitant de ZUS a 1,7 fois moins accès à un emploi stable qu’un jeune des autres quartiers. Pour rétablir l’égalité avec les autres quartiers, la qualification ne suffit pas. A diplôme, sexe, origine du père et nationalité égale, un jeune habitant de ZUS aura 1,3 fois moins de chances de trouver un emploi stable qu’un habitant d’autres quartiers.


La Cour des comptes quant à elle recommande l’évaluation des actions éducatives et scolaires dans les quartiers sensibles qui ne semblent pas donner les résultats escomptés.

Le 3 novembre 2009, la Cour des comptes présente un rapport sur l’articulation entre la politique de la ville et l’action de l’Education nationale dans les quartiers sensibles. Cette articulation n’est pas parfaite mais la Cour note qu’en raison de la bonne volonté et du dialogue quotidien entre les intervenants locaux, les problèmes de coordination sont limités. Le rapport remarque pourtant que l’efficacité des différents dispositifs n’est pas suffisamment analysée, l’efficience est ainsi menacée par cette succession d’actions non évalués.

Par ailleurs, la Cour constate l’impact défavorable de l’assouplissement de la carte scolaire. En 2008, les demandes de dérogation ont augmenté de 29%. Des pertes d’effectif allant jusqu’à 10% pour certains collèges, face à des progressions allant jusqu’à 23% pour d’autres. 186 des 254 collèges « ambition réussite » ont d’ailleurs perdu des élèves. Pour ces établissements, cette baisse d’effectif se traduit par une augmentation des inégalités. Inégalités contre lesquels doit lutter la politique d’éducation prioritaire ?

« On pourrait y voir la conséquence de l’enclavement des ZUS, comme celle de l’absence de réseau personnel ou d’autres discriminations. » écrivent les auteurs du rapport.

2010, année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 12/02/2010 ;

Près de 80 millions d’Européens, c’est à dire 17% de la population, sont concernés par la pauvreté

« Ils vivent dans l’insécurité, et manquent de ce que la plupart des gens tiennent pour acquis. » lit-on sur le site internet dédié à cette action alors que l’Europe est l’une des régions les plus riche du monde.


L’objectif principal de cette année est de sensibiliser à ces questions en donnant voix aux inquiétudes des victimes de la pauvreté et de l’exclusion sociale, de remettre en question les stéréotypes et les perceptions collectives liés à la pauvreté, de favoriser l’engagement en faveur de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.


Cette année sera marquée par deux conférences européennes en janvier et en décembre, une initiative artistique pour rapprocher le monde de la création de celui des victimes de la pauvreté et de l’exclusion sociale, des journées spéciales de formation destinées aux médias et aux décideurs, des manifestations locales et nationales dans chaque État membre. Au nombre de ces manifestations, on comptera des campagnes de sensibilisation, des ateliers, ainsi que des séminaires d’information dans les écoles.

Syndiquer le contenu