film

Sur le Chemin de l’école : un film événement sur l’éducation à découvrir sur vos écrans le 25 septembre 2013

Soumis par: Aide et Action
Publié le 9/09/2013 ;

Sur le chemin de l'école

Et si le simple fait d’aller à l’école était encore dans certains pays une véritable aventure ?

C’est ce que montre Sur le Chemin de l’école, un film documentaire que vous pourrez découvrir sur grand écran le 25 septembre prochain.

Réalisé par Pascal Plisson, Sur le Chemin de l’école retrace les destins de quatre enfants, prêts à relever tous les défis pour aller à l’école et ainsi changer de vie. 

Parmi ces héros du quotidien Zahira, une jeune marocaine, aujourd’hui hébergée et scolarisée dans l’une des écoles accompagnées par Aide et Action dans la vallée d’Imlil  au Maroc. Chaque semaine, elle emprunte un chemin long, sinueux et dangereux pour quitter les monts de l’Atlas où vivent ses parents et pour rejoindre l’école. Une véritable épopée qui montre bien aujourd’hui encore les difficultés d’accès à l’éducation. « Certes, ce film informe, pointe du doigt des problèmes. Mais c’est avant tout un spectacle, un film d’aventures qui montre le courage et la foi des enfants dans le futur et dans leur société. », insiste Barthelemy Fougea  producteur du film Sur le Chemin de l’école

 

Le 7ème festival du film d’éducation

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 16/11/2011 ;

7ème festival du film d'éducation

La septième édition du festival du film d’éducation, organisée par les Ceméa, aura lieu du 15 au 19 novembre 2011 au cinéma Pathé Évreux.

Au programme : trente-six films et rencontres avec des réalisateurs, quatre tables rondes pour débattre de grands thèmes de l’éducation et trois web-documentaires à découvrir avec leurs auteurs.

La sélection 2011 présente une grande variété des genres, de formes, de sujets traités, de durée (de 3’ à 123’).

Le festival vous propose de voyager au travers de regards issus de toutes les aires culturelles de notre planète : en Amérique du Sud (Brésil, Colombie), en Asie (Chine, Japon, Vietnam), en Afrique (Afrique du Sud, Algérie, Burkina Faso, Maroc), en Italie, au Royaume-Uni, en Turquie…

Tous les films sont accessibles à toutes et tous… Que des inédits dont six avant-premières, en soirée ou fin d’après-midi… Sans oublier la possibilité de voir, pendant 15 jours, 20 films de la sélection sur la plate-forme WEBTV* et de choisir votre film « coup de cœur » pour lui attribuer le prix des spectateurs.

Le Festival du film d’éducation aussi sur Internet !

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 17/11/2010 ;

6ème Festival du film d'éducation

Pour sa 6ème édition le Festival du film d’éducation aura lieu du 17 au 20 novembre 2010 à Evreux et aussi sur Internet du 18 au 25 novembre 2010.

Au programme à Evreux : 26 films inédits portant sur des questions d’éducation, trois tables-rondes, trois web documentaires et autant de rencontres et d’échanges avec les auteurs et réalisateurs.

Les films en compétition seront visionnables pendant 7 jours sur le site : www.festivalfilmeduc.net, après leur diffusion en salle à Evreux.

N’oubliez pas de voter pour vos films « coup de cœur » ! Une double-note vous permet de noter à la fois la qualité cinématographique et l’intérêt citoyen du film.

 

Pour en savoir plus :

Le site du Festival du film d’éducation : http://www.festivalfilmeduc.tv/

« La Rafle »

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 15/03/2010 ;


Samedi soir, je suis allée au cinéma comme beaucoup d’autres, et dimanche je suis allée voter comme pas assez d’autres.
 
Au cinéma, j’ai vu « La Rafle » et j’ai été étonnée de deux choses : que cette grande salle ne soit pas pleine et qu’il y ait beaucoup de jeunes adolescents avec ou sans leurs parents. Ma jeune voisine était en larmes et reprochait amèrement à sa mère de l’avoir contrainte à voir ce film dont elle savait bien, elle, qu’il la rendrait triste : « On ne va quand même pas au cinéma pour voir ces horreurs là ! C’est fini tout ça ! On est en république ! »

Oui, nous sommes en république, mais à cette époque là aussi, et c’est l’Etat Français qui a complaisamment prêté main forte à cette ignominie, dénaturalisant un certain nombre de personnes pour atteindre le « chiffre », proposant même de déporter les enfants alors que d’autres Etats, moins républicains, laïques et démocratiques que la patrie des droits de l’homme, y mettaient moins de bonne volonté…

A cette époque là aussi l’extrême droite était très présente, à cette époque là aussi on constituait des fichiers, on avait peur des étrangers, la défiance à l’égard du politique était très importante…

Voter est un droit chèrement acquis dont beaucoup sont privés. Pour que l’on « soit en république » comme le disait si bien ma jeune voisine il faut faire vivre la démocratie républicaine et donc exercer son droit de vote.

La journée de la jupe

Soumis par: Josette Naiman
Publié le 24/03/2009 ;

La chaîne « ARTE » a diffusé vendredi soir  le film de Jean-Paul Lilienfeld « La journée de la jupe ». Ce film parle d'un collège  de banlieue et de ce qui pourrait s'y passer le jour où un(e) prof pètera un câble.

Une histoire forte, celle d’un prof à bout de nerf à force d’être méprisée par ses élèves : victime en permanence de violence verbales et d’actes malveillants elle prend ses élèves en otages. Une prof, critiquée et même marginalisée par certains de ses collègues et par l’institution scolaire, qui voudrait simplement faire son cours de littérature. A l’opposé du politiquement correct ce film fait plus que dénoncer, il contribue à mon sens au débat récurent sur la faillite du système éducatif en France. Il aborde la violence du langage de tous les jours, la non compréhension de mots simples comme « respect » par exemple. Sans donner de leçon de morale il met en scène des ados sans repère et face à eux des adultes démissionnaires. Il pointe avec une particulière efficacité les difficultés de la mixité fille/ garçon voire son échec. Les garçons refusent de s’asseoir à coté des filles par soi-disant respect pour elles mais n’hésite pas à les traiter de « putes ».

Ici les élèves ne se vivent pas comme élèves mais comme « black, beur ou feuj » et c’est l’arme à la main que ce prof tentera le leur inculquer les valeurs de l’école laïque.


Et si ce n’était pas une fiction ?  A quand la diffusion de ce film dans les collèges …avec un débat bien sur. Une façon comme une autre d’agir pour le respect à l’école avec autre chose que des discours consensuels.

Syndiquer le contenu