adolescent

Différent... comme tout le monde

Soumis par: Citoyen Junior
Publié le 12/02/2014 ;

"Différent... commedifferent_comme_tout_le_monde-affiche tout le monde" : c'est le nom du projet de sensibilisation au handicap, parrainé par des personnalités souffrant d'un handicap, comme Amélie Le Fur, triple championne aux jeux paralympiques de Londres, ou Sophie Vouzelaud, première dauphine de Miss France, atteinte de surdité.

Jean-Christophe Parisot, premier Préfet handicapé de France, est à l'initiative de ce projet mis en place par de nombreux acteurs auprès de 5 000 collégiens de 5e de la région Languedoc-Roussillon. Pour amorcer cette idée, ils lancent les premières journées Handi-citoyennes, du 3 au 21 février 2014.

Les enseignants de 55 collèges de la région travaillent sur ce projet depuis quelque temps. Il s'articule autour de quatre thèmes :
- apprendre et travailler
- vivre tous ensemble
- activités et loisirs
- évoluer dans la vie

Adolescents, comment faire de votre différence une force ?

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 11/05/2011 ;

« Comment faire de ma différence une force ? » tel sera le thème du 7e forum Adolescences de Curiosphere.tv.

À l’heure où la thématique du harcèlement à l'école (bouc émissaire, discrimination, etc.) retient l'intérêt des médias, Curiosphere.tv retransmettra en direct sur son site le 7e forum Adolescences Organisée par la Fondation Pfizer.

Rendez-vous le 18 mai dès 9h30 pour découvrir les 4 table rondes animées par Michel Field :
- 9h45 : « Etre ou ne pas être, une question d'image ? »
- 11h00 : « Visible ou invisible, comment faire respecter ma différence ? »
- 13h30 : « Les différences qui isolent, comment les prévenir ? »
- 14h45 : « Ma singularité, une force pour me construire ».

« Les jeunes des quartiers ont une énergie formidable… »

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 29/03/2011 ;

Tout l’enjeu est de la « guider vers un projet d’avenir positif dans une démarche constructive à l’égard de la société. »

C’est l’un des premiers constats de l’étude qualitative menée par Mme Fabienne Keller, sénatrice, au nom de la Délégation sénatoriale à la prospective. Deux questions sont à l’origine de ce travail : quelles seront les évolutions possibles des facteurs déterminants de l’avenir des jeunes actuellement au collège dans les quartiers dits « sensibles » ? Quel futur à l’horizon 2025 pour ces jeunes adolescents ?

Après avoir rappelé les données socio-économico-historiques de ces quartiers : plus forte proportion de jeunes qu’ailleurs, concentration de fragilité économique et sociale, méconnaissance et préjugés négatifs très forts à leur égard, l’auteure reconnaît que les collèges « y assurent néanmoins très bien leur mission » bien que la qualité de ce travail soit « peu reconnu » et que les dispositifs ne soient « pas à la hauteur des enjeux ».

Que faire pour éviter le scénario catastrophe « les collégiens du ghetto », ou celui du « statu quo » ?

C’est de moi qu’ils parlent là?

Soumis par: Citoyen de demain
Publié le 16/12/2010 ;

L’Unicef France, à l’occasion de l’année de la jeunesse, a souhaité donner la parole aux adolescents et a demandé à la SOFRES de réaliser une étude auprès d’un échantillon représentatif de 500 adolescents de 13 à 18 ans. L’objectif était de savoir quelle est leur perception de la situation des droits de l’enfant en France et de leur place dans la société française.

Il ressort de l’enquête réalisée en octobre que les jeunes interrogés sont plutôt satisfaits de leur sort et de leurs relations avec les adultes proches d’eux : parents et professeurs.

Ils pensent que le droit qui doit être prioritairement défendu est le droit à l’éducation. Pour cela ils font confiance aux grandes institutions  internationales, aux associations, aux acteurs de proximité plutôt qu’aux hommes politiques. Ce manque de confiance s’appuie sur un discours public globalisant et trop souvent peu flatteur à leur égard dans lequel ils ne se reconnaissent pas.

L’éducation citoyenne est-elle un moyen de lutter contre la dévalorisation de soi et l’échec scolaire ?

Soumis par: soumis par Citoyen de demain
Publié le 15/10/2009 ;

Le discours ambiant sur le « mérite » et « l’égalité des chances » aurait-il trop bien réussi ?

Mercredi 23 septembre, à l’occasion de la 2ème journée du Refus de l’échec scolaire l’AFEV a présenté les résultats 2009 de son baromètre concernant le rapport à l’école des enfants des quartiers populaires.
Sur les 397 enfants interrogés 66% déclarent qu’ils n’aiment pas ou peu aller à l’école et 53% qu’ils s’y ennuient. 36% ont mal au ventre avant d’aller à l’école et 64% ne comprennent pas toujours ce que l’on attend d’eux. Dans ce cas, 44% des élèves ne sollicitent pas l’enseignant pour avoir des précisions et 20% continuent de travailler malgré tout. Au collège, les difficultés s’accentuent : rythme de travail, exigences des enseignants, locaux peu accueillants, difficultés avec les pairs (52%) conduisent 75% des élèves à déclarer qu’ils n’aiment pas beaucoup, voire pas du tout (25%), s’y rendre. Cependant 86% des élèves enquêtés sont d’accord avec l’affirmation « Le Collège est un lieu d’égalité entre tous les élèves ».

Syndiquer le contenu